Quelles différences entre le minimalisme et le zéro déchet ?

Dans votre quête vers une vie plus simple et plus écologique, vous avez découvert le minimalisme et le zéro déchet.

Et là, vous avez commencé à vous perdre. Bien que vous voyez la différence entre les deux, vous voyez aussi et surtout les points qui les rassemblent. Et vous commencez à vous dire que, finalement, ces deux modes de vie sont sensiblement les mêmes.

Est-ce qu’un minimaliste est un zéro déchet ? Est-ce que les zéro déchet sont aussi minimalistes ? Est-ce que les deux sont compatibles ?

Vous allez obtenir réponse à vos questions dans cet article.

Mais avant de vous présenter les 3 points communs et les 2 différences qui existent entre le minimalisme et le zéro déchet, laissez-moi vous donner ma propre définition de ces deux modes de vie.

 

Définitions du minimalisme et du zéro déchet

Le minimalisme est un mode de vie qui consiste à simplifier sa vie et partir en quête de son essentiel. Ce n’est pas ne rien faire ou ne rien posséder, mais plutôt agir chaque jour comme si c’était son dernier, en accomplissant les choses importantes pour soi.

C’est donc un mode de vie plus « égoïste » et personnel.

Pour en apprendre davantage sur le minimalisme : Minimalisme : Pourquoi et Comment ?

Le zéro déchet prône, comme son nom l’indique, la réduction des déchets. Un zéro déchet va tenter d’acheter moins de produits emballés.

Pour le coup, c’est un mode de vie plus « solidaire ». Si je prends mon exemple, j’ai voulu devenir zéro déchet pour préserver l’environnement en premier lieu. Et non pas pour ma propre personne et les avantages que je pouvais en tirer.

Donc : minimalisme = réduction des choses non essentielles, tandis que le zéro déchet = réduction des déchets produits.

Dis comme ça, on pourrait croire que les deux modes de vie ne sont finalement pas tant lié que ça. Détrompez-vous. Ils se regroupent tout de même.

 

Voici les 3 points communs entre minimalisme et zéro déchet

Ressemblance n°1
La notion de suppression

Le minimalisme et le Zéro Déchet conseillent d’éliminer dans le but de vivre mieux.

Le minimaliste va réduire ses possessions, son temps d’écran, les personnes négatives et toxiques autour de lui et les activités chronophages qui n’ont plus aucun sens.

Quant au zéro déchet, il va réduire les déchets qu’il produit, directement ou indirectement.

Dans les deux modes de vie, l’objectif est une vie plus épanouie.

Le minimalisme aura plus de temps, d’argent et d’énergie pour ce qui compte vraiment. Et le zéro déchet aura la satisfaction et le sentiment d’agir pour l’environnement, en plus de la beauté visuelle que procurent les bocaux empilés.

Tenez, parlons-en de cette beauté.

 

Ressemblance n°2
La notion de beauté

La beauté. Voilà un autre point commun.

Si vous entrez dans une maison minimaliste, vous ressentirez un apaisement face au vide, une clarté visuelle appréciable et vous resterez ébahi de par sa beauté. Beauté qui est souvent cachée faute de trop d’objets et de trop de décorations.

La même chose peut se produire pour les personnes zéro déchet. Si vous regardez leurs placards, vous verrez des bocaux remplis d’ingrédients de multiples couleurs, qui apportent une certaine chaleur à la maison.

Donc même si la notion de beauté reste plus présente chez une personne minimaliste que chez une personne zéro déchet, il s’agit tout de même d’une ressemblance notable.

Passons tout de suite à la dernière ressemblance

 

Ressemblance n°3
Protéger l’environnement

Cette fois, le zéro déchet présentera davantage cette notion que le minimaliste.

Le zéro déchet réduira ses déchets dans le but de conserver les ressources de la planète.

Le minimaliste lui, vivra avec peu, se satisfera du nécessaire, et ne surconsommera pas.

Finalement, les deux présentent un côté écologique très marqué. Mais le zéro déchet réduira davantage dans le but de préserver l’environnement, et le minimalisme davantage dans le but d’améliorer sa vie.

Voilà donc les 3 ressemblances principales :

  • La suppression ;
  • La beauté ;
  • Le côté écologique.

 

Maintenant, passons aux 2 principales différences entre minimalisme et zéro déchet

Différence n°1
La simplicité

L’objectif du minimalisme c’est de se simplifier la vie. Or, c’est un objectif peu présent chez le Zéro Déchet.

Prenez mon exemple.

Lorsque j’ai découvert le zéro déchet, je voulais réduire drastiquement mes déchets. Vous savez, comme Jérémie Pichon ou Béa Johnson, avec seulement un bocal.

À tel point que je voulais acheter des mouchoirs en tissu et du papier toilette lavable pour produire moins de déchets.

Le truc, dans l’objectif de se simplifier la vie, ce n’est pas forcément l’idéal. Laver son PQ et ses mouchoirs reste toujours plus compliqué que simplement les mettre à la poubelle.

Donc non, le zéro déchet ne le devient pas pour simplifier sa vie, comme pourrait le faire le minimaliste. Voici la première différence. Passons à la deuxième.

 

Différence n°2
Les minimalistes ont moins tendance à se fouetter que les zéro déchet

Laissez-moi vous raconter à nouveau mon expérience.

J’étais devenu si émotionnel avec les déchets que je ne pouvais plus rentrer dans un supermarché. Ils m’affectaient et me rendaient de mauvaises humeurs.

Si bien que lorsque ma mère revenait des courses, je restais parfois plusieurs heures en colère à la vue de tous les déchets plastiques inutiles qu’elle avait ramenés.

Où je veux en venir ?

Lorsque nous voulons devenir zéro déchet, nous nous blâmons facilement lorsque l’on ramène des emballages à la maison. On se prive parfois d’aller à tel endroit ou de consommer tel ingrédient parce qu’il est entouré de plastique.

Un point moins présent chez les personnes minimalistes. Du moins, c’est de cette manière que j’ai ressenti mon expérience entre ces deux modes de vie.

 

Allez, passons à la conclusion

Finalement, ces deux modes de vie, bien qu’existent de nombreux points communs, sont tout de même différents l’un de l’autre.

Vous pouvez devenir minimaliste, et réduire votre temps d’écran, les personnes de votre entourage, l’encombrement dans votre maison, sans forcément réduire vos déchets.

Et à l’inverse, vous pouvez devenir zéro déchet en vivant dans l’encombrement le plus total parce que vous n’arrivez pas à vous séparer écologiquement de vos objets.

Donc oui, minimalisme et zéro déchet se ressemble en quelques points, mais non, on ne peut pas dire que ce soit sensiblement les mêmes modes de vie.

Toutefois, les deux sont utiles.

Le minimalisme a ses avantages. Le zéro déchet a ses avantages. À mon sens il est plus simple de désencombrer sa maison et simplifier sa vie que devenir zéro déchet, mais je connais des personnes pour qui c’est l’inverse.

Donc : testez. Testez le minimalisme, et testez le zéro déchet. Et bien que le minimalisme et le zéro déchet soient différents, rien ne vous empêche d’être les deux à la fois. Sans être extrême et en étant indulgent avec vous-même.

Il ne me reste plus qu’à vous dire ceci : si vous voulez devenir minimaliste, vous pouvez lire les articles de ce blog, vous y apprendrez des choses utiles. Et si vous voulez devenir zéro déchet, vous pouvez consulter le blog d’une collègue blogueuse, Charlène, qui s’intitule Le Zéro Déchet Pratique.

1 mail / jour pour apprendre à désencombrer votre maison et simplifier votre vie

Ce que vous allez découvrir :

  1. Tout ce que j'ai appris en 1 an d'écriture et de recherche sur le minimalisme ;
  2. Des astuces exclusives qui mélangent désencombrement et développement personnel ;
  3. Mes meilleurs conseils pour désencombrer votre maison, réduire votre charge mentale et vivre simplement dans un monde complexe ;
  4. Des emails funs où je vous dévoile des anecdotes croustillantes sur ma vie

Florian

Vous voulez devenir minimaliste? Bloquez-vous un après-midi, allumez votre ordinateur et parcourez les articles de ce blog. Ils sont écrits dans un seul mais: vous donner le chemin à suivre étape par étape pour simplifier votre vie.


Dans le même genre, vous aimerez aussi :

  • Bonjour Florian,
    Merci pour cet article, c’est toujours très intéressant d’avoir le retour d’expérience des uns et des autres.
    Pour te donner un autre retour d’expérience, voici le mien.
    Je suis dans une démarche minimaliste et depuis que je change ma façon de changer je me suis mis petit à petit à réduire mes déchets.
    C’est encore bien modeste et je t’avoue que si j’ai commencé à le faire c’est plus par égoïsme…
    Les exemples de réduction de déchets :
    Mon gel douche remplacé par un savon (moins de plastique mais aussi bien moins cher et moins de déchets à gérer)
    Les serviettes en papier –> remplacées par des serviettes en tissus (gain d’argent principalement pour moi et toujours moins de déchets à gérer !).
    Essuie-tout en papier : remplacé par quelques morceaux de tissus découpé dans une ancienne serviette blanche (je ne me suis pas pris la tête à les coudre et ça fait très bien le job !).
    J’ai aussi beaucoup modifié mes habitudes sur les cosmétiques (où clairement on nous prend pour des dindes les nanas… et vu les perturbateurs endocriniens… non là vraiment c’est abusé…, là aussi j’ai réduit mes dépenses tout en ayant mieux…).
    Ma prochaine étape sera de faire les courses en vrac avec des bocaux. Mais j’y vais au fur et à mesure.
    Tu le vois, j’ai encore beaucoup de chemin à faire pour être zéro déchet.
    Je reviens de tellement loin concernant ma consommation… Je considère que mon changement de mode de vie est déjà une très grande avancée. Éliminer la surconsommation est déjà à mon sens une victoire.
    Merci pour ton travail.

    • Intéressant ton retour ! C’est sûr que les économies sont au rendez-vous en adoptant quelques gestes très faciles.
      J’avais calculé, il me semble que ça revient à environ 400 à 600€ d’économie par an, juste en avançant vers un mode de vie ZD ^^

  • Bonjour Florian,
    Merci pour cet article et merci pour ton lien vers mon blog 🙂 Si tes lecteurs sont également intéressés par le zéro déchet, je les aiderais avec plaisir.
    Pour ma part, je considère qu’il n’y a pas de zéro déchet sans minimalisme car chaque objet est un futur déchet. Donc moins on possède et moins on jettera au final.
    Et je pense que les minimalistes vont également vers des objets plus beaux, de meilleure qualité et donc plus durables. Sur les objets du quotidien il y a donc peu de différences entre minimalisme et zéro déchet. C’est plus au niveau de l’alimentaire qu’il y a une grosse différences je pense.
    Pour la simplicité je ne suis pas tellement d’accord. Il y a des moyens très simples de réduire ses déchets sans se rendre la tête, et c’est ce que je prône.
    Et tu n’abordes pas les aspects de santé, c’est aussi ce qui relie les 2 modes de vie. Une vie plus saine.

    • C’est vrai, réduire la plupart de ses déchets est assez simple. Des petits gestes comme prendre des sacs tissus à la place des sacs papiers ou plastique, par exemple.
      Mais pour ce qui est mouchoir, film alimentaire, pq, c’est toujours plus simple de jeter que de laver ^^.
      C’est vrai pour la santé. J’aurais pu 🙂

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >